Total War Pharaoh : Le Total War historique qu’on attendait ?

Total War Pharaoh est censé être le nouveau Total War historique (les Total War hors Warhammer et hors Total War Saga) de Creative Assembly sorti l’année dernière. Pourtant, il fait suite à Total War Troie avec beaucoup de similitudes dans le gameplay et visuellement. Cependant, Troie est basé sur un conflit qui n’a peut-être jamais eu lieu, utilisant des éléments basés sur le mythe de l’Iliade, comme les factions, les personnages et des mécaniques divines avec intervention divine, etc. Bref, un Total War qui se rapproche plus d’un Three Kingdoms, basé sur le mythe chinois des Trois Royaumes, que d’un Total War historique comme Rome 2 ou Shogun 2. Mais sa ressemblance avec Troie n’est pas le seul facteur qui nous fait douter de la réalité historique de Pharaoh. En effet, l’âge de bronze est peu documenté avec certitude mais énormément romancé par les auteurs de l’époque et les auteurs contemporains ou même antiques. Alors, est-il historique ?

Le contexte global

Total War Pharaoh utilise comme grande mécanique de campagne l’arrivée des Peuples de la mer qui auraient précipité l’effondrement de l’âge de bronze. Le jeu nous place alors au bout d’un certain temps dans une ère de chaos limite apocalyptique. Historiquement, cette invasion eut lieu entre 1250 av. J.-C. et 1150 av. J.-C. On a donc une période assez précise dans laquelle le jeu est censé se dérouler. Le plus gros problème est ce côté apocalyptique. En effet, le jeu nous présente ces invasions comme le déclencheur de l’effondrement de l’âge de bronze, alors qu’aujourd’hui on sait que cette invasion est un facteur important de l’effondrement mais pas principal. Le déclin avait déjà commencé avant l’arrivée de ces peuples. La situation économique était déjà affaiblie bien avant l’arrivée de ces populations. En fait, il n’y a pas eu vraiment de déclencheur. Il y a eu plein d’événements en succession rapide sur la civilisation méditerranéenne, peut-être presque simultanément, de sorte que les populations ne purent pas se remettre d’une catastrophe avant qu’une autre ne se produise. Des événements tels que des catastrophes naturelles, des changements climatiques, des crises migratoires, des crises économiques, des famines et forcément les invasions des Peuples de la mer, des événements qui provoquèrent des instabilités sociales et politiques qui menèrent à des rébellions et donc à la chute des grandes civilisations. En fait, sur ce point, le jeu prend une vision des historiens du 19ème siècle. Ce n’est pas complètement à jeter, même si on sait aujourd’hui que les Peuples de la mer ne sont pas la cause principale de cette chute. On peut comprendre le choix des game designers car cette vision et la mécanique qui en découle permettent de donner une vraie ambiance au end game.

Les factions

Le jeu propose actuellement quatre factions : les Égyptiens, les Cananéens, les Hittites, et les Peuples de la mer (les Shardanes et les Pelesets, autrement dit les Philistins). Quatre factions qui ont existé au même moment donc historiquement c’est bon, même si on nous donne des Cananéens indépendants de l’Égypte, ce qui n’a pas toujours été le cas lors de cette période. Mais le jeu devrait avoir une grosse mise à jour qui rajoutera encore quatre autres factions. De ce qu’on sait pour l’instant, il y aura Babylone, Hanigalbat (l’Assyrie), Mycènes et Troie. Et cela reste en lien avec la chronologie du jeu (entre 1250 av. J.-C. et 1150 av. J.-C.). Ces factions se sont toutes côtoyées et le studio rend Babylone indépendante de l’Assyrie en utilisant un Empire Assyrien fracturé par la mort de Tukulti-Ninurta Ier assassiné après un complot. Cela montre une réelle intention de faire un jeu historique et ça fonctionne bien pour le moment, sauf que Troie a peut-être chuté avant les événements du jeu, vers 1350 av. J.-C. Mais ce n’est pas sûr, il est tout aussi probable que la guerre de Troie se soit déroulée pendant les événements du jeu. À voir donc si cela va rester cohérent. C’est donc encore une fois une prise de position historique nécessaire pour cette période floue.

Les dirigeants

Total War Pharaoh possède pour l’instant dix dirigeants : quatre Égyptiens, deux Cananéens, deux Hittites et deux pour les Peuples de la mer. Pour les Hittites, nous avons Suppilulium, qui est en réalité Suppiluliuma II, le dernier roi Hittite avant l’effondrement de l’âge de bronze. Il régna de 1207 à 1178 av. J.-C. Nous avons aussi Kurunta, qui est peut-être monté sur le trône de 1228 à 1227 av. J.-C. On a découvert une inscription hiéroglyphique qui décrit une attaque du roi Suppiluliuma II contre Tarhuntassa, fief de Kurunta, probablement pour le punir et aussi car Kurunta était trop avide de gloire, comme décrit dans le jeu. Pour les Hittites, on a donc deux dirigeants qui ont vécu en même temps entre 1207 et 1178 av. J.-C., peut-être un peu moins selon la date de la mort de Kurunta.

Pour les Égyptiens, nous avons donc quatre dirigeants qui se disputent le trône de Merenptah, pas encore mort au début de la campagne. On a Séthi II, l’héritier, sa femme Taousert, Amenmesse, le potentiel bâtard de Merenptah, et enfin Ramsès, en réalité Ramsès III. Les quatre ont historiquement occupé le trône d’Égypte successivement à partir de 1202 av. J.-C.

Pour les Cananéens, nous avons Bay et Irsu, qui ont été supposés être la même personne. Mais on sait maintenant qu’ils étaient bien deux personnes différentes. Bay, un Syrien ancien chancelier de la cour de Sethi II. D’après les sources, rien n’affirme qu’il ait eu un fief en Canaan, mais on peut supposer que le studio l’a placé entre les deux empires pour ses origines et pour laisser le choix au joueur d’influencer les deux cours royales du jeu. Ce qui est cohérent avec les sources qu’on a sur lui, c’est que son gameplay est basé sur la diplomatie, la politique et les intrigues de cour. On sait qu’il est mentionné dans des textes très tôt dans le règne de Sethi II et on connaît la date de sa mort puisqu’il s’agit d’une exécution. On peut en déduire qu’il vécut entre au moins 1202 et 1191 av. J.-C. Irsu, lui, est moins sourcé mais il semble qu’il ait utilisé le chaos de la guerre civile entre Amenmesse et Sethi II pour prendre le contrôle de certains territoires égyptiens en Canaan. On crut pendant un moment qu’Irsu était à l’origine de la mort de Bay. C’est peut-être aussi pour ça que Bay a été placé en Canaan, mais ces soupçons montrent qu’ils ont quand même peut-être été contemporains. Irsu a été choisi par Creative Assembly car le peu de sources leur a permis pas mal de liberté, surtout qu’on n’a pas de date précise de mort ou même de naissance. Mais les deux Cananéens ont donc probablement été contemporains de 1202 av. J.-C. à 1191 av. J.-C.

Pour les Peuples de la mer, si les deux peuples Shardanes et Pelesets ont vraiment existé, leurs dirigeants présents dans le jeu, eux, n’ont jamais existé et sont d’inspiration mythologique ou biblique. Iolaos, roi des Shardanes, est inspiré du personnage mythologique du même nom, l’un des plus fidèles compagnons de son oncle Héraclès, Iolaos de Thèbes. Alayatte, lui, est inspiré de Goliath, le champion philistin de la Bible, les Philistins étant considérés comme descendants des Pelesets. 

Des dirigeants inventés par Creative Assembly par souci de sources sur les potentiels dirigeants de ces peuples souvent à l’origine inconnue. Il faut ajouter que leurs inspirations mythologiques n’en font pas des demi-dieux et leur gameplay reste réaliste.

Pour Troie et pour Mycènes, le jeu reprendra les personnages de l’Iliade en raison du manque d’informations sur ces potentiels dirigeants. De plus, il n’est pas impensable qu’Homère ait repris de vrais personnages historiques pour écrire son épopée. Il a peut-être utilisé des sources aujourd’hui disparues.

Pour les civilisations à venir, on a déjà leurs noms et nous pouvons donc encore voir si cela collera. Pour les Assyriens, c’est le roi de l’État indépendant d’Hanigalbat, Ninurta-Apal-Ekur. On sait qu’il a été roi d’Assyrie pendant les événements du jeu. On ne connaît pas vraiment la durée de son règne mais dans le jeu, c’est à vous de décider de son règne et de sa durée. Pour Babylone, nous avons Adad-shuma-usur, qui profita de l’assassinat de Tukulti-Ninurta Ier, le roi Assyrien, pour reprendre Babylone. Il régna probablement de 1216 av. J.-C. jusqu’à sa mort en 1187 av. J.-C.

En conclusion, pour les dirigeants, on peut remarquer un vrai effort de la part des développeurs qui ont utilisé que des dirigeants contemporains. En effet, pour Mycènes, Troie et les Peuples de la mer, on n’a aucun personnage historique. Mais cela se comprend, il fallait représenter ces peuples emblématiques malgré l’absence de sources fiables à propos de leurs dirigeants de l’époque.

Conclusion

Ce Total War est un Total War historique. Il se base sur des sources solides et nous plonge dans une période précise de l’âge du bronze. On remarque certes quelques libertés avec certains dirigeants mais on note aussi un vrai effort pour rendre le tout cohérent, même avec des dirigeants inventés. Cela passe bien et, au vu du travail qu’ils ont fait sur ces dirigeants, ils sont largement inspirés des peuples qu’ils dirigent et on les croirait réels. Les factions sont toutes bien représentées avec toujours cet effort pour la cohérence. Visuellement, le jeu s’inspire des représentations de l’époque et des objets archéologiques retrouvés. Évidemment, il y a plein de détails pas historiques mais pas plus que dans les autres Total War historiques. On n’est pas sur le réalisme de Rome 2 mais, étant donné la période difficile à représenter, l’essentiel est là. Les factions, les dirigeants sont bien et malgré des prises de positions douteuses, il y a de la recherche et du travail bien réalisés.